Ad Top Header

Le bras de fer qui oppose la Coalition des  14 partis de l’opposition et l’Union des Forces de  Changement (UFC) au sujet de la CENI est loin d’arriver à terme. Selon Me Isabelle Améganvi, l’ANC ne laissera jamais l’UFC siégé à la CENI au nom de l’opposition. La deuxième vice-présidente du parti de Jean-Pierre Fabre affirme que le choix des représentants de la coalition des 14 partis de  l’opposition a été fait à la base des critères bien définis.  Des critères auxquels l’UFC ne répond nullement.

Le Parti National Panafricain (PNP) soutient l'appel au boycott du recensement électoral lancé par la coalition des 14 partis de l'opposition dont il est membre. En dehors de ce mot d'ordre, le parti de Me Tikpi Atchadam a exhorté samedi ses militants à observer une journée morte dans le septentrion le 17 octobre prochain. Pour le PNP, qui est l'origine de la donne actuelle, les populations du Nord n'ont aucune raison de se faire recenser, compte tenu des "exactions" commises sur elles ces derniers mois.

Au lieu de ses 8 représentants, seules 3 personnes désignées par la Coalition de l’opposition togolaise ont été votées mardi par l’Assemblée nationale pour rejoindre la Commission électorale nationale indépendante (CENI). La faute à la position de l’Union des forces de changement (UFC) qui bloque l’application de l’accord intervenu le 23 septembre dernier à l’issue de la 2e réunion du Comité de suivi. Jeudi, la Coalition des 14 dénonce des manœuvres du pouvoir et appelle à la vigilance de la CEDEAO pour le règlement de la crise.

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) se réjouit du recensement électoral dans la première zone. Motivée par un résultat «satisfaisant », l'institution présidée le Prof Kodjona Kadanga a annoncé mercredi au cours d'un point de presse la poursuite de  l'opération dans la zone II. Elle a lieu du 17 au 24 octobre prochains dans 18 Commission Électoral Locale Indépendante (CELIs).

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) poursuit les opérations de recensement électoral dans la Zone 1. Après l’augmentation de l’horaire de recensement, l'institution présidée par le Prof Kodjona Kadanga vient de proroger d’une journée l’enrôlement des togolais en âge de voter dans cette même zone. Les opérations qui devraient prendre fin en ce jour vont continuer jusqu’à demain mardi.

Le ministre togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Robert Dussey a présidé vendredi la 13e réunion ordinaire du Conseil des ministres du Conseil de l’Entente (CE) à Lomé. La rencontre a permis aux ministres des pays membres de plancher sur la reddition des comptes de l’exercice clos au 31 décembre 2017. A l’occasion, ils ont évoqué la situation sociopolitique togolaise et lancé un appel aux protagonistes.

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) poursuit le recensement électoral malgré le mot d'ordre de boycott lancé par la coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise. Deux jours après le démarrage de l'opération,  l'institution présidée par le Prof Kodjona Kadanga vient de retoucher aux heures de recensement pour favoriser l’enrôlement d’un plus grand nombre de togolais.

Le Directeur général de la police nationale, Mawuli Têko Koudouwovoh a été nommé mercredi Commandant de la Force sécurité élection 2018 (FOSE). Le décret nommant ce Commissaire divisionnaire de police a été pris en Conseil des Ministres. Têko Koudouwovoh gèrera la FOSE avec ses deux adjoints qui ont été également nommés.

Seize (16) organisations de la société se sont prononcées mardi sur l’opération du recensement électoral  qui se déroule depuis le 1er octobre dans la zone I au Togo. Réunies au sein du Mouvement les Forces Vives « Espérance pour le Togo », elles soutiennent que le respect du mot d’ordre de boycott  lancé par la coalition des  14 partis politiques est un acte de liberté. Pour le Mouvement que coordonne le Père Pierre-Marie Chanel Affognon, les élections ne se dérouleront plus au Togo comme avant.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition a finalement envoyé les noms des personnes devant la représenter au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). C’est à travers un courrier adressé dimanche au président de l’Assemblée nationale par la présidente du Groupe parlementaire ANC, Isabelle Ameganvi. On note que sur les 8, l’ANC se taille la part du lion avec 3 représentants. Le CAR et l’ADDI ont chacun un représentant et le 8e représentant est issu du Front citoyen Togo Debout.

OTR