Print this page

Présidentielle: le gouvernement dénonce une conspiration en cours Featured

Written by  Fév 22, 2020

Le gouvernement a dénoncé samedi une ingérence du National Democratic Institute (NDI) dans le processus électoral au Togo. Selon les autorités nationales, l’arrivée d’une délégation du NDI le mercredi 19  reste une surprise d’autant plus que la structure n’a pas été accréditée par la CENI pour observer le scrutin du 22 février. Pour le gouvernement togolais, qui dénonce une conspiration en cours, il s’agit d’une violation flagrante des textes de la République.

« Nous prenons  à témoin la communauté internationale sur ces actes délictueux et d'ingérence au mépris des textes en vigueur en matière d'élections au Togo. En tout état de cause, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et le gouvernement togolais veilleront chacun en ce qui le concerne à l'application stricte des lois en vigueur en République Togolaise » a écrit le gouvernement dans un communiqué.

Le document assure que l’arrivée au Togo  d'une équipe de l'organisation non gouvernementale NDI sous le couvert d'une mission d'assistance technique à la Concertation Nationale de la Société Civile du Togo (CNSC Togo) qui avait déjà été accrédité conformément aux textes en vigueur et au cahier de charges est illégale.

« Outre une prétendue assistance technique, non autorisée et donc frauduleuse,  le NDI  n'a guère formulé une demande d'accréditation pour l'observation électorale en République Togolaise, encore moins pour la compilation des résultats, attributions dévolues à la CENI conformément aux lois électorales en vigueur au Togo » ajoute le gouvernement.

De même, l’autorité informe que les trois personnes du NDI découvertes au Togo lors d'un contrôle de routine mené par la direction de l'immigration transportaient dans leurs bagages 14 ordinateurs portables estampillés NDI  d'une très haute puissance et présentaient de sérieux doutes sur le motif réel de leur séjour.

Pour le gouvernement ce sont des agissements graves qui ont pour finalité de pervertir le processus électoral auquel ont pris part 7 candidats sous l'œil scrutateur, non partisan et professionnel de plus de 26 missions d'observations internationales pour 286 observateurs et de plus 33 associations togolaises de la société civile pour plus 3.000 observateurs.

Les autorités togolaises dénonce une conspiration en cours et prend à témoin la communauté internationale.

Fermer