La Dynamique Mgr Kpodzro continue de contester les résultats de l’élection présidentielle du 22 février. En conférence de presse mardi à Lomé, le prélat a annoncé que tout sera mis en œuvre pour arracher le pouvoir au profit du peuple togolais. L’évêque a même appelé à des manifestations vendredi à Lomé. Mercredi, le ministre togolais de la fonction publique, Gilbert Bawara promet une réaction ferme des autorités compétentes.

Gerry Taama n’est pas surpris par l’ampleur de la victoire de Faure Gnassingbé à l’issue de l’élection présidentielle de 2020. Le Président du Nouvel Engagement Togolais (NET) note que les résultats tels que proclamés par la CENI sont conformes aux procès-verbaux de ses collaborateurs qui étaient au niveau des CELI et des bureaux de vote. Pour M. Taama, l’opposition doit changer de paradigme.

Visiblement Mgr Philippe Fanoko Kpodzro n’a pas dit son dernier mot. Le prélat qui a appelé à une manifestation le vendredi prochain à Lomé et demandé au Pape François d'intervenir au Togo, annonce qu’il prendra le pouvoir pour son candidat dans les prochains jours.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) conteste à son tour les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 22 février au Togo. Après le candidat de la dynamique Mgr Kpdrzo, le parti de Jean-Pierre Fabre a qualifié lundi les chiffres de la CENI de fantaisiste, manifestement fabriqués. Pour l’ANC, il s’agit d’un  nouveau coup de force électoral perpétré sans la moindre retenue, exactement comme ce fut le cas pour les cinq derniers scrutins présidentiels au Togo.

La Mission d’Observation Electorale de l’Union Africaine (MOEUA) a salué le déroulement de l’élection présidentielle du 22 février 2020 au Togo. La mission salue le travail effectué par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Elle note que les résultats sont transparents et exhorte les contestataires à une démarche légale.

Les populations de Kpélé  (environ 152 Km au nord-ouest de Lomé) ont tenu lundi une manifestation à la suite de la proclamation des résultats provisoires du scrutin présidentiel du 22 février au Togo. Elles ont à cette occasion célébré la victoire du président Faure Gnassingbé et salué la maturité du peuple togolais. Dans le même temps, elles déplorent la violation des textes de la République chez certains candidats déçus.

La mission d’observation électorale de la CEDEAO au Togo a relevé lundi que le processus électoral togolais s’est déroulé sans incidents majeurs. Les observateurs de l’organisation communautaire ont salué le civisme et la tolérance des électeurs togolais. La mission de la CEDEAO a également demandé aux candidats de respecter les résultats publiés et d’explorer les voies légales pour le contentieux.

Vainqueur du scrutin présidentiel du 22 février avec 72,36%, selon les chiffres de la CENI, Faure Gnassingbé a rendu lundi grâce à Dieu. Le chef de l'État dit accueillir cette victoire "en toute humilité" et promet de ne pas trahir la confiance des togolais. M. Gnassingbé envoie un message à ses adversaires qu'il qualifie de "malheureux".

La mission d’observation du conseil de l’entente au terme du premier tour de l’élection présidentielle du 22 février au Togo a livré lundi ses impressions. Pour l'organisation sous-régionale, l'élection s'est déroulée dans des conditions de transparences et de crédibilité appréciables.

Le Groupe des observateurs de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) a salué dimanche la transparence du scrutin présidentiel du 22  février au Togo. Pour ces observateurs, l'élection s'est déroulée dans des conditions optimales de transparence, d’inclusivité, de crédibilité et de régularité. Par conséquent, ils appellent les candidats à respecter les résultats issus des urnes. 

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer