UE COVID

La descente spectaculaire des forces de défense et de sécurité au domicile d’Agbeyome Kodjo le 21 avril dernier continue d’intéresser plusieurs acteurs. Si le maître des lieux et certains de ses compagnons de lutte ont été remis en liberté quelques jours après leur arrestation, 16 militants sont encore dans les liens de la détention. Inadmissible pour plusieurs organisations de la société civile qui viennent de saisir Puis Agbetomey, le garde des sceaux.

Le Ministre de la Justice Pius Agbétomey a annoncé cette semaine la construction avancée d'une nouvelle prison à Lomé. Elle est censée accueillir les détenus condamnés à des peines longues. Mais en attendant, il vient de suspendre jusqu’à nouvel ordre les visites aux prisonniers dans toutes les prisons civiles du Togo.

Le gouvernement togolais  étudie la fermeture de la prison civile de Lomé telle que recommandée par le Comité des Nations Unies contre la torture. Selon les informations, au lieu d’une amélioration,  l’Etat opte plutôt pour une destruction de la prison existante. On apprend qu’un terrain est déjà identifié pour ériger une nouvelle maison d’arrêt respectant les normes.

Il est une évidence que la majorité des togolais n’ont pas de pièces d’identité, à commencer par l’acte de naissance. Et pour corriger cette situation, le législateur a prévu un mécanisme permettant de délivrer aux citoyens, un jugement supplétif ou rectificatif, valant acte de naissance. La délivrance de ce document a été transformée en un business dans la plupart des tribunaux à travers le territoire. Dans cette période d’urgence, Pius Agbetomey, le garde des sceaux donne des ordres et met en garde.

Les Greffiers du Togo, mise à part la lutte pour l'adoption d'un statut particulier à leur intention, doivent se battre également pour leur propre sécurité. Le Secrétaire général du Syndicat National des Greffiers du Togo (SNGT) vient d'être victime d'un cambriolage après que les siens aient décidé de reconduire leur mouvement de grève.

Pas de répit pour les Greffiers du Togo qui observent depuis deux semaines un mouvement de débrayage. Ils viennent de décider de durcir le ton en lançant un nouveau mot d'ordre de grève. La nouvelle grève à laquelle appellent le Syndicat National des greffiers du Togo (SNGT) et l’Association des greffiers du Togo (AGT) a lieu du 6 au 8 juin prochains.

Ça grogne depuis hier lundi dans les Cours et Tribunaux du Togo. Les Greffiers du Togo ont démarré une grève de trois jours pour réclamer les meilleures conditions de travail et de vie. Le mouvement est reconductible si les revendications ne sont pas prises en compte par les autorités.

Au Togo, ce ne sont pas seulement les enseignants qui ont besoin de statut particulier. Les greffiers ont commencé par le réclamer eux aussi au moment où le gouvernement n’a pas encore satisfait les premiers. Le Syndicat National des Greffiers du Togo (SNGT) pourrait observer des mouvements de débrayage dans les jours à venir si rien n'est fait par les autorités.

Le rapport final de l'Examen Périodique Universel (EPU) du Togo a été adopté jeudi par le Conseil des droits de l'homme. Et sur les 195 recommandations issues de l’examen, le Togo en a accepté 167 parmi lesquelles 26 ont été déjà mises en œuvre et a pris note de 28.

Quelle est la situation actuelle des juridictions et de l’inspection générale des services juridictionnels et pénitentiaire ? Les autorités togolaises cherchent la réponse à cette question et ont commandité un audit dont le rapport provisoire est soumis à validation jeudi à Lomé. La séance est présidée par  le Garde des sceaux, ministre de la justice et des relations avec les institutions de la république, Pius Agbetomey.

  1. Populaires
  2. Tendance
ADS TDE
Fermer