La question du fichier électoral fait partie des raisons pour lesquelles une grande partie de l’opposition togolaise a boycotté les législatives du 20 décembre dernier. Mais à quelques jours des prochaines locales, personne au niveau de l’opposition togolais n’en parle. Pour le ministre en charge de l’administration territoriale, sur recommandation de la CEDEAO, l’ancien fichier électoral a été jeté à la poubelle.

La liste « Ensemble pour le Togo » de Pascal Bodjona n’a pas été repêchée malgré le recours introduit devant la Chambre administrative de la Cour suprême. L’ancien Directeur de cabinet de Faure Gnassingbé, qui avait pourtant eu gain de cause dans une affaire liée à la dénomination de sa liste, ne pourra finalement pas participer aux élections locales. Mardi, le ministre de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi a accusé l'équipe de Bodjona d'avoir présenté des candidats au nom d’une ONG apolitique qui n'avait rien à faire aux élections.

Le Parti national panafricain (PNP) ne pourra pas marcher dans 10 villes du Togo le 13 avril prochain. Le ministre togolais de l’administration territoriale refuse la manifestation dans 7 villes de l’intérieur mais l’accepte dans 2 autres. En ce qui concerne la capitale Lomé, les circuits choisis par le parti de Tikpi Atchadam sont refusés par le ministre. Payadowa Boukpessi circonscrit la manifestation à la localité de Togblékopé.

Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi a lancé jeudi à Lomé la tournée de concertation avec les acteurs d’état civil. Cette tournée s’étendra aux autres chefs-lieux de régions et de préfectures. Elle permettra d’échanger avec les acteurs concernés et recueillir les informations pouvant aider à approfondir le diagnostic du système d’état-civil togolais, de recenser les propositions des usagers.

La Coalition de l’opposition et le ministre l’administration territoriale ne s’accordent toujours pas. Alors que le regroupement de l’opposition entend tenir au total 27 meetings les 19 et 20 janvier prochains pour remobiliser ses troupes, Payadowa Boukpessi vient d’en interdire une dizaine. Pour le ministre, les forces de l’ordre et de sécurité ne sont pas en mesure de sécuriser plus de 10 meetings par jour.

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition et le gouvernement togolais se déchirent à nouveau au sujet des manifestations annoncées pour le 12 janvier prochain. La marche nationale prévue par le regroupement politique sera finalement circonscrite dans le périmètre de la capitale togolaise. Le ministre de l’administration territoriale autorise les manifestations à Lomé mais les refuse à l’intérieur du pays. Pour Payadowa Boukpessi, la coalition n’a pas fourni les informations légales concernant les localités en région devant accueillir les manifestations.

C'est la période des réunions refusées pour le Mouvement Les Forces Vives "Espérance pour le Togo". Le ministre en charge de l'administration territoriale vient à nouveau d'interdire la conférence de presse que le Mouvement a prévu  lundi 24 décembre, après avoir refusé son meeting de sensibilisation la semaine dernière. Payadowa Boukpessi estime qu'il n'a été pas informé de la conférence de presse des Forces Vives. Que dit la loi du 16 mai 2011 à ce sujet ?

Après la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, c’est désormais le  Mouvement Les Forces Vives « Espérance pour le Togo » qui voit ses manifestations refusées. Le ministre en charge de l’administration territoriale a notifié vendredi au Mouvement que ses manifestations prévues pour le dimanche 16 décembre prochain ne sont pas acceptées. Se basant sur la loi sur les manifestations publiques, Payadowa Boukpessi reproche aux organisateurs d’être hors délai.

La chefferie de Kovié (35 Km de Lomé), a réagi mardi sur le litige qui l’oppose au canton de Badja, au sujet de la récupération du village de Gbavé par la préfecture de l’Avé, localité qui relève pourtant de son ressort territorial. Les autorités du canton de Kovié interpelle le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales et l’exhorte à revoir l’exercice de la tutelle établie le village de Gbavé.

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a dévoilé mardi le chronogramme de ses activités pour le reste du mois de juillet. Essentiellement, il s’agit de meetings et de visites aux personnes détenues dans le cadre des manifestations. Fait nouveau, les activités de l’opposition sont également prévues dans les villes de Sokodé, Bafilo et Mango où aucune activité politique n’était plus autorisée depuis octobre 2017. Le ministre de l’administration territoriale confirme que les meetings sont autorisés dans ces villes et espère que tout se déroulera paisiblement.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer