Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9386

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9394

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9399

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9405

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9415

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9418

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9438

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9443

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9464

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /htdocs/plugins/system/t3/includes/lessphp/less/less.php on line 9471

Le Conseil d’administration de NSIA-Togo a décidé d’une politique de restructuration au niveau de la société NSIA IARDT. La mise en œuvre de la décision, comprenant un plan social, a connu des difficultés dès le licenciement de 9 agents. Le Syndicat des employés et cadre de banques, des établissements financiers et des assurances du Togo (SYNBANK) a dénoncé un licenciement abusif et lancé une grève. Mouvement qui a été suspendu à la suite des rencontres initiées par le gouvernement togolais avec le syndicat et à l’issue il a été convenu que NSIA recalcule et paie les droits des personnes licenciées. Après cet épisode, la société compte poursuivre sa politique de restructuration pour mieux apporter sa contribution à la croissance économique du Togo.

Le SYNBANK et le SYNASSUR ont suspendu mercredi leur grève sèche entamée mardi pour protester contre le licenciement de 9 agents par NSIA. Les syndicats exigeaient également le départ des deux Directeurs des filiales NSIA Assurances au Togo. A l'issue d'une Assemblée générale tenue mercredi, ils estiment avoir trouvé satisfaction à 80% de leurs exigences. La Secrétaire générale du Syndicat des employés et cadre de banques, des établissements financiers et des assurances du Togo (SYNBANK) estime qu'il n'y a pas de raison de continuer la grève. "Il n'y a pas de raisons de continuer la grève. Toutefois, nous avons juste suspendu le mot d'ordre. Nous restons en alerte et nous suivons la suite", a déclaré Josée Manawezoué Patassé dans l'interview ci-après.

Les conclusions de la rencontre qu’a eue lundi le ministre togolais en charge du travail avec NSIA et le SYNBANK n’ont pas satisfait les syndicalistes. Le SYNBANK et la SYNASSUR exigeaient le respect des dispositions du code du travail et n'entendent pas céder sur ce point. Ils maintiennent la grève sèche de 72 heures devant débuter mardi sur toute l’étendue du territoire togolais.

Le ministre togolais en charge du travail a eu lundi une rencontre avec le SYNBANK et le Directeur général de NSIA-Togo. Des responsables de certaines centrales syndicales du Togo et des associations professionnelles du secteur bancaire du Togo prenaient part à la réunion. Gilbert Bawara a évoqué avec ses interlocuteurs la situation sociale qui prévaut à NSIA-Togo. Des longs échanges et discussions avec les parties prenantes, plusieurs conclusions ont été tirées. On retient entre autres la nécessité pour NSIA de respecter les droits légaux des personnes licenciées et l'appel lancé au SYNBANK pour la suspension de la grève de 72 heures.

C’est un sujet qui cristallise l’opinion depuis le mois dernier. Le licenciement de 9 agents de NSIA Assurances, décidé par le Conseil d’administration de la compagnie au Togo, jugé abusif par le Syndicat des employés et cadres de banques, des établissements financiers et des assurances du Togo (SYNBANK). L’organisation syndicale accuse le nouveau management de la société et a lancé en fin de semaine dernière 72 heures de grève sèche pour contraindre NSIA à rétablir les agents licenciés dans leurs droits. Les responsables de la compagnie réagissent et expliquent leur démarche.

Le  Syndicat des employés et cadre de banques, des établissements financiers et des assurances du Togo (SYNBANK) veut à tout prix les têtes de Chantal Bosso et de Constant Yao Djeket respectivement directeur NSIA IARDT et NSIA Vie. Le Syndicat a organisé vendredi à son siège sis à Lomé une assemblée générale extraordinaire peu de jours seulement après avoir sommé les deux directeurs de quitter le Togo. Au terme de la rencontre, un mot d’ordre de grève de 72 heures reconductible a été décidé. La grève sera observée par tous les  banquiers, les assureurs et les institutions de microfinance du Togo.

Ce n’est pas la sérénité actuellement à la Compagnie d’assurance NSIA au Togo. Depuis l’arrivée à la tête de NSIA Vie de Chantal Bosso et de Constant Yao Djeket à la tête de NSIA IARDT, les relations entre le personnel et l'administration sont sens dessus sens dessous dans cette société. Les employés sont traités comme des sous-hommes et sont victimes de décisions illégales des nouveaux responsables. Le comble a été la décision prise de mettre à la porte plusieurs employés. Après plusieurs mois de démarche, le Syndicat des employés et cadre de banques, des établissements financiers et des assurances du Togo (SYNBANK) hausse le ton et demande le départ du Togo de M. Djeket et de Mme Bosso qui n’ont toujours pas de permis de travail sur le territoire togolais.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer