UE COVID

Il s’est tenu à Lomé samedi un sommet international sur le trafic et la consommation des faux médicaments. C’est le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé qui a présidé les travaux en présence des Présidents Yoweri Museveni de l'Ouganda et Macky Sall du Sénégal. Le sommet a été sanctionné par un document dénommé « La déclaration de Lomé ».

En dehors des braquages et du trafic illicite de la drogue, le Togo reste également confronté à la commercialisation de faux produits pharmaceutiques ces temps-ci. 700 kilogrammes de faux médicaments en provenance du Togo ont été saisis dimanche au Bénin par les douaniers.

La police togolaise continue sa croisade contre la commercialisation de faux médicaments. Au cours du mois de mai, elle a saisi près de 5,5 tonnes de ces produits prohibés. Dans les cargaisons saisies, l’on retrouve des antianémiques, des vitamines, des antibiotiques, des stimulants d’appétit, des expectorants, des antitussifs, des anticoliques, des antipaludiques, des antalgiques, des antihelminthiques, des antalgiques + anti inflammatoires (AINS), des glucocorticoïdes, des compléments alimentaires, entre autres.

L'Association pour la Promotion des Biologistes Médicaux (APBM-Togo) part en guerre contre la vente de médicaments et l’utilisation des équipements médicaux de mauvaise qualité au Togo. En conférence de presse vendredi, l'APBM qui s’est de nouveau présentée au public, a également dévoilé aux populations togolaises, la société MERIL qui est l'un de ses partenaires venus de l'Inde et spécialisée dans la fabrication des fibres médicaux de qualité pour sauver des vies.

La commission nationale anti-drogue (CNAD) a incinéré vendredi des drogues et médicaments illégaux saisis. L’opération rentre dans le cadre de la journée internationale de lutte contre l'abus et le trafic illicite des drogues. Elle s’est déroulée en présence du ministre de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehane et de plusieurs hauts gradés des forces de défense et de sécurité du Togo.

La société Sprukfield a le cul dehors. Présente au Togo il y a plus d'une dizaine d'années, la société d'origine indienne vient d'être révélée importatrice des produits pharmaceutiques périmés. Les quatre (4) de ses camions remplis de médicaments périmés ont été saisis en début de semaine.

L'Association des Jeunes pour l’Entraide et le Développement Intégral (AJEDI) et l'Union des Français de l'Etranger du Togo (UFE) fédèrent leurs énergies dans la lutte contre l'automédication et l'usage des médicaments de rue au Togo. Elles ont lancé dimanche la 2è édition des journées médicales.

Le Club diplomatique de Lomé (CDL) a tenu jeudi sa première rencontre de l’année 2017. Avec comme invité d’honneur le Dr Innocent Koundé Kpeto, Président de l'Ordre des pharmaciens du Togo, cette session a permis de débattre la question des faux médicaments. C’était en présence du ministre togolais des affaires étrangères, le Professeur Robert Dussey et de Lucile Imboua, la Représentante résidente de l'OMS au Togo.

Au Togo comme dans la plupart des pays de l'Afrique, l'utilisation des faux médicaments et la contrefaçon des produits pharmaceutiques reste un fléau à combattre. Au Niger par exemple, selon les chiffres de l'OMS 2500 personnes sont décédées en 1995 à cause d'une contrefaçon de vaccins. Pour ne pas  en arriver jusque-là au Togo, le Club Rfi du pays a entamé l'année dernière une sensibilisation dans ce sens qui s'est poursuivie vendredi à Kara. 

La lutte contre des faux médicaments n'est pas la préoccupation des autorités togolaises seules. C'est aussi la préoccupation majeure de la société française René Descamps International (RDI). Partenaire de la table  ronde du Club Rfi Togo sur la lutte contre l'utilisation des médicaments de rue, la société vient de rehausser le moral de certains  acteurs engagés dans ce combat,  histoire de les amener à le mener davantage.

  1. Populaires
  2. Tendance
ADS Covid
Fermer