Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales a exprimé mercredi ses regrets suite à l’incident qui s’est produit la nuit du 19 au 20 mars derniers à Mango entre les forces de l’ordre et un groupe de personnes. Payadowa Boukpessi  rassure que le gouvernement entend commanditer une enquête pour faire la lumière sur cette affaire. En attendant, le ministre annonce que des mesures conservatoires sont prises à l’encontre des membres de la patrouille

Le Chef de l’Etat togolais a procédé mardi à la nomination d’un nouveau ministre dans son gouvernement. Antoine Lekpa Gbegbeni, jusque-là Directeur général de la Togolaise des Eaux a été nommé mardi par Faure Gnassingbé à la tête du département de l’eau, de l’assainissement et de l’hydraulique villageoise.

C’est un sujet qui fait grand bruit depuis mardi et qui suscite plusieurs réactions. Des jeunes se réclamant de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition et regroupés au sein du mouvement 'jeunes conscients de l'opposition' ont attaqué Tikpi Atchadam et son Parti national panafricain (PNP). Après avoir fustigé le trop plein des manifestations organisées depuis le 19 août 2017 qui mettraient à mal la paix dans le pays, ils ont demandé de saisir la main tendue du pouvoir. Mercredi, la coalition de l’opposition a dénoncé une pure manipulation du pouvoir de Faure Gnassingbé à la veille des discussions qui s’annoncent âpres et rudes.

Le rapport élaboré par le Regroupement des jeunes africains pour la démocratie et le développement (REJADD) et le Réseau africain pour les initiatives de droits de l’homme et de solidarité (RAIDHS) sur la situation des droits de l’homme relative à la répression des manifestations politiques depuis le 19 août 2017 est contesté par le gouvernement togolais. Dans un communiqué, les autorités togolaises rejettent le contenu du rapport et promettent une suite judiciaire.

Les émissaires des présidents ghanéen et guinéen viennent d'achever leur mission au Togo. Le ministre ghanéen de la sécurité, Albert Kan-Dapaah et le ministre d'État guinéen, Tibou Kamara ont publié un communiqué dans lequel ils annoncent l'ouverture du dialogue pour le 15 févier prochain. Pendant ce temps, ils recommandent la fin des manifestations publiques.

Le gouvernement togolais a repris les concertations  avec les syndicats des enseignants du Togo afin de trouver des solutions idoines aux  problèmes qui sont à l’origine des grèves répétitives dans le secteur éducatif ces dernières années. Dans la perspective des discussions proprement dites, le Premier Ministre, Selom Klassou a  annoncé jeudi la prochaine mise en place d’un nouveau de cadre de dialogue.

Réuni mercredi en Conseil des Ministres présidé par le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, le gouvernement togolais a décidé faire avancer le processus devant aboutir aux différentes élections en 2018 dans le pays. Alors que le dialogue politique annoncé peine à être tenu et que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est toujours incomplète, le gouvernement a fixé le nombre des commissions électorales locales et annoncé le démarrage de la révision des listes électorales pour ce mois de janvier.

Les partisans de la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise ont de nouveau pris d’assaut les rues de Lomé et de certaines villes de l’intérieur samedi qui marquait l’apothéose de la nouvelle série de manifestations. La marche de ce jour a connu la participation du Chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre et de la coordinatrice de la Coalition, Brigitte Adjamagbo-Johnson qui sont de retour d’Accra. A l’issue, ces leaders ont déclaré à la foule que le dialogue qui va s’ouvrir dans les prochains jours connaîtra la participation d'un ou des médiateurs.

L’opposition togolaise n’a pas chuté sa manifestation de mercredi à la Plage comme prévu. Les cortèges s’étaient plutôt arrêter à Déckon. C’est à ce carrefour commercial, qu’après concertation entre les leaders de la coalition, un meeting a été tenu à la demande de la foule qui n’entendait plus se rendre à la Plage. Lors de son intervention au nom de la coalition, le Chef de file de l’opposition a réitéré la position de ce regroupement concernant le dialogue politique. Jean-Pierre Fabre a indiqué que le dialogue devra se tenir en présence d’un médiateur et rien d’autre.

Le Regroupement des Jeunes Africains pour le Développement et la Démocratie, section Togo (REJADD-Togo)  déplore  l'interpellation abusive mardi de trois membres du Parti National Panafricain (PNP). Dans un communiqué signé par son président Assiba Johnson, l’organisation demande au  gouvernement d'enterrer ces vieilles habitudes pour donner la chance au prochain dialogue d'aboutir.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer