Les deux candidats éjectés par la Cour constitutionnelle de la course à la Présidence togolaise ont réagi à la décision de la haute cour. Quelques heures après la publication de la liste définitive des candidats, Innocent Kagbara a indiqué avoir pris acte de la décision et se tourne vers le futur. Pour sa part, Aubin Kodjovi Thon accuse la Cour constitutionnelle d’avoir commis une erreur lors de l’examen de son dossier. Les deux personnalités ont appelé leurs partisans au calme.

La Cour constitutionnelle togolaise a publié vendredi la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle de 2020. La haute cour en matière constitutionnelle a invalidé 2 candidatures. Désormais 7 candidats dont le président sortant Faure Gnassingbé sont retenus pour la course au fauteuil présidentiel.

Aboudou Assouma redevient le président de la Cour constitutionnelle du Togo. Il  a été nommé lundi par le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. Le magistrat succède à lui-même au poste de président de la Cour constitutionnelle qu’il  occupe depuis 2007.

La Cour constitutionnelle togolaise est partiellement renouvelée. En attendant la désignation des autres membres, le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a reçu lundi le serment des premières personnalités nommées et élues pour siéger à la nouvelle Cour constitutionnelle. Ils sont au total 7 à s’acquitter de ce devoir que leur recommande la Constitution de la 4è République.

Le processus de renouvellement de la Cour Constitutionnelle est irréversible. A la suite de l’Assemblée nationale, le Chef de l’Etat togolais a nommé vendredi 2 autres membres devant siéger dans l’institution.

C’est le début du renouvellement de la Cour Constitutionnelle du Togo. L’Assemblée nationale a  élu mardi 2 membres conformément à la Constitution. Aboudou Assouma, Président de la Cour Constitutionnelle depuis 2007, a été élu par les députés. L’autre élu s’appelle Kouami  Amados-Djoko.

Faure Gnassingbé ordonne et l’assemblée nationale approuve. La représentation nationale a adopté lundi la loi organique sur la Cour constitutionnelle. La loi votée à l’unanimité par les 74 députés présents intervient quelques jours après que le Chef de l’Etat ait donné des instructions pour le renouvellement de la cour constitutionnelle. Désormais la Cour présente une nouvelle configuration avec un mandat des membres réduit à 6 ans.

La polémique pourra enfin prendre fin. La Cour constitutionnelle togolaise sera recomposée avant l’élection présidentielle. Ainsi en a décidé vendredi le Chef de l’Etat togolais. A l’issue des échanges avec les présidents des Institutions de la République, Faure Gnassingbé a instruit le gouvernement à prendre les dispositions devant favoriser cette recomposition.

Les acteurs politiques togolais sont désormais fixés sur la période de la tenue de prochaine élection présidentielle. La Cour constitutionnelle a indiqué jeudi que le scrutin est beaucoup plus proche que ne l’imaginent plusieurs. L’élection doit avoir lieu le 19 février 2020 au plus tôt et le 05 mars 2020 au plus tard.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) exige l’annulation des modifications apportées à la Constitution togolaise par l’Assemblée Nationale. Le parti de Jean-Pierre Fabre vient d’introduire une requête dans ce sens auprès de la Cour constitutionnelle. Les dirigeants de l’ANC affirment que la réforme intervenue vise à « imposer la candidature de Faure Gnassingbé à un 4ème mandat avec pour objectif un pouvoir à vie et une impunité totale ». L’ANC veut également saisir les juridictions internationales à cet effet.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer