UE COVID

Me Isabelle Ameganvi est en colère contre ses collègues de l’opposition. Dans la ligne de mire de la 2e vice-présidente de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), se retrouve désormais la Convention démocratique des peuples africains (CDPA). L’adjointe au Maire de Golfe 4 (Amoutivé) comprend mal le côté transparent qu’affiche Brigitte Adjamagbo en mettant en public une nouvelle histoire d’argent.

Les critiques dont fait objet  la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) ces derniers jours ne font ni chaud ni froid à Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson. La secrétaire générale de la CDPA invite plutôt les Togolais à être fiers des membres  de la Dynamique. Selon elle, il s’agit des responsables qui savent ce pourquoi ils se sont engagé en politique. La seule femme candidate à la Présidence togolaise réaffirme son engagement à œuvrer aux côtés de la DMK jusqu'à l’obtention de l'alternance.

Agbeyome Kodjo est convoqué à l’Assemblée nationale ce mercredi matin pour être écouté avant la levée de son immunité parlementaire. Le pouvoir accuse l’opposant qui conteste les résultats de présidentielle du 22 février d’atteinte à la sûreté intérieur de l’Etat. Pour Brigitte Adjamagbo-Johnson, porte-parole du candidat, les togolais ne doivent pas laisser faire.

Brigitte Adjamagbo-Johnso sera la porte-parole d’Agbeyome Kodjo pour l’élection présidentielle 2020. Le candidat unique de l’opposition, désigné par la Dynamique Mgr Kpodzro a annoncé cette décision jeudi.

Brigitte Adjamagbo-Johnson et la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) sont solidement derrière Agbeyome Messan Kodjo. Après avoir pris acte dans un premier temps du choix porté sur l’ancien Premier ministre par la Dynamique Mgr Kpodzro, Mme Adjamagbo-Johnson apporte explicitement le soutien de son parti au candidat des forces démocratiques en lutte pour l’alternance politique. Plusieurs raisons fondent ce soutien à la candidature de Dr Kodjo.

C’est la déchirure totale actuellement au sein de de l’opposition togolaise. Une alliance mal nouée et qui a échoué au niveau de la commune Golfe 5 ressuscite les vieux démons avec des déclarations indignes des hommes et femmes politiques. Pendant qu’on y est, il se révèle qu’un coup de fil du Chef du gouvernement à l’ex-chef de file de l’opposition est à l'origine de la déclaration selon laquelle Jean-Pierre Fabre aurait négocié la mairie d’Amoutivé. Depuis, l'espoir d'une unité d'action en prélude à la présidentielle de 2020 s'est volé en éclat. Que s'est-il réellement passé ?

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a besoin du soutien financier pour réaliser de bons résultats aux prochaines élections locales. Une lettre vient d’être envoyée à la diaspora togolaise dans ce sens demandant une contribution financière pour la campagne des locales. Selon les indiscrétions, le budget de  Kafui Adjamagbo-Johnson et ses collègues pour les locales serait estimé à 240 millions de FCFA.

La Coalition de l’opposition est toujours en bonne position et compte tout mettre en œuvre pour que l’alternance intervienne au Togo au plus tard en 2020. C’est ce qu’a déclaré dimanche Brigitte Adjamagbo-Johnson. La coordinatrice du regroupement de l’opposition a estimé que le divorce avec le MCD de Tchassona-Traoré est un problème artificiel. Se félicitant de la cohésion du groupe, Mme Adjamagbo-Johnson affirme que l'essentiel est là pour parvenir à l’alternance, malgré les erreurs de parcours.

« Le peuple togolais poursuivra sa lutte pour se libérer de plusieurs années de servitude ». C’est la conviction de Brigitte Adjamagbo-Johnson, la Coordinatrice de la Coalition de l’opposition togolaise qui se prononce sur la suite de la lutte politique d’après les élections législatives du 20 décembre. Mme Adjamagbo-Johnson ne comprend pas l’attitude de la CEDEAO dans la résolution de la situation togolaise mais estime que les togolais ne s’étaient « pas réveillés un matin d’août 2017 pour aller se coucher un soir de décembre 2018 ». Celle qui soutient que la Coalition n’a pas boycotté les élections législatives mais a souhaité des élections correctes, affirme que la solution à la crise togolaise n’est pas dans un gouvernement d’union nationale. Pour elle, la résolution de la crise passe plutôt par un gouvernement de transition, sinon le pays sera confronté à un « futur est sombre ».

La coordinatrice de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolais a indiqué vendredi que le regroupement n’a pas été informé de l’arrivée d'une mission d'experts auditeurs de la CEDEAO au Togo. Ceci, alors qu’en début de semaine, une note de la CENI a informé l’opinion nationale de la prise de fonction de ces experts. Brigitte Adjamagbo-Johnson annonce que la Coalition a saisi l’organisation sous-régionale sur le sujet. De même, elle estime que le regroupement des 14 va prochainement prendre ses responsabilités pour que les préoccupations des togolais soient prises en compte.

  1. Populaires
  2. Tendance
ADS TDE
Fermer