La jeunesse de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) s’annonce sur le terrain. Elle prévoit tenir des meetings dans certaines localités et faire des sit-in des ambassades à Lomé et certaines institutions républicaines. Payadowa Boukpessi, le ministre de l’administration territoriale ne fait aucune objection au sujet des meetings programmés. Mais il interdit les sit-in qui constituent, selon lui, « un risque de troubles graves à l’ordre public ».

Didier Amela, Professeur des Universités du Togo et de France ne quittera pas la politique togolaise. Après sa démission de l’Alliance National pour le Changement (ANC) dont il se réclame membre fondateur, M. Amela vient de prendre la tête du parti Front National (FN). L’ex membre de l’ANC va assumer la présidence intérimaire du FN jusqu’au prochain congrès.

L’alliance nationale pour le Changement (ANC), le parti du Chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre a réagi vendredi sur le bras de fer qui oppose le gouvernement au Parti national panafricain (PNP) au sujet des manifestations de samedi. Tikpi Atchadam et ses militants comptent manifester simultanément dans 5 villes du Togo mais le gouvernement leur a proposé d’autres itinéraires. L’ANC n’est pas du tout d’accord avec la position du gouvernement.

Le caractère trop politique de la commission électorale nationale indépendante (CENI) est la cause principale des difficultés rencontrées depuis sa création avec un impact négatif sur le processus de démocratisation au Togo. Le constat est fait en 2015 par le gouvernement togolais qui avait décidé de mettre sur pied une Commission technique pour conduire les prochains scrutins. Le processus est en cours et les premières divergences surgissent.

En juin 2010 c’était le mouvement contraire. Plusieurs militants de l’Union des Forces de Changement (UF) avaient vidé le parti. Mais sept ans après, un collectif annonce le retour à la maison et sollicite par la même occasion, le pardon de Gilchrist Olympio.

« la désignation à la tête de la Communauté, d’un Chef d’Etat, coutumier des coups de force de tout genre et de surcroît réfractaire à toute réforme politique et électorale devant favoriser la promotion de telles valeurs, est un danger pour la poursuite des efforts de démocratisation des pays membres et risque de discréditer l’ensemble de la Communauté ».

La démocratie est toujours en quête au Togo et cette quête se heurte à des difficultés à tous les niveaux. Me Isabelle Ameganvi, 2e vice-présidente de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), soutient mercredi que ces difficultés engagent tous les acteurs et soutient que l'opposition n'a pas du tout échoué.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) accuse la magistrate Awa Nana Daboya et son institution le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l'Unité Nationale  (HCRRUN) de gaspiller les deniers de l'État et de manquer sa mission. La cause ?

« Le régime RPT/UNIR s’obstine à refuser la mise en œuvre des réformes politiques et l’organisation des élections locales, et privilégie le maintien et le renouvellement des délégations spéciales, en dépit de tous les rappels et sollicitations, ainsi que des nombreux engagements pris et réitérés par le gouvernement devant la nation togolaise et la communauté internationale ».

L’Alliance nationale pour le Changement (ANC) a condamné l’arrestation du Pasteur Edoh Komi et exige sa libération immédiate. Dans une note rendue publique et signée par son premier Vice-président, Patrick Lawson, le parti de Jean-Pierre Fabre dénonce un climat d’intimidation, d’insécurité et de peur, créé et entretenu à dessein, notamment dans la perspective des prochaines élections.

ADS TG TERMINAL
  1. Populaires
  2. Tendance
Fermer